Saint Jean de Gonville

Vous êtes ici : Accueil > BIENVENUE > La Doua et ses Moulins

La Doua et ses Moulins

Les établissements hydrauliques sur la Doua

Le réservoir de l’ancien moulin de Crève-Cœur

Dans la société préindustrielle, l’énergie est si rare que l’on exploite le potentiel de tous les cours d’eau, jusqu’aux plus modestes. Autour des années 1840, les vingt-deux principales rivières de la cuvette genevoise alimentent de la sorte un réseau de quelques deux cents établissements, pour les ¾ des moulins à blé mais également des martinets (au nombre de dix-sept), des scieries (dix-neuf) et des « battoirs à écorces » (douze). Dès le dernier tiers du XIXe siècle toutefois, l’apparition des minoteries puis la diffusion de l’électricité provoquent une réduction drastique de leur nombre. La baisse est cependant moins marquée dans le Pays de Gex, irrigué par des résurgences au régime relativement stable. Une discrète mais réelle activité hydraulique se maintient de la sorte jusqu’à récemment, sur la Versoix (appelée Divonne sur son cours gessien), le principal pourvoyeur énergétique de la région, mais également sur le Lion, l’Allondon, l’Allemogne, le Puits Mathieu ou l’Annaz. Aujourd’hui, bien que très limitée, cette exploitation n’en perdure pas moins, sur la Versoix avant tout (microcentrales de la Vieille Bâtie et de Richelien), mais également, de façon occasionnelle, sur la Doua, à la hauteur de Saint-Jean-de-Gonville.

Le moulin Claret, dit de Crève-Cœur, vers 1900
distingue au premier plan la canalisation aérienne qui alimente en eau la roue, installée contre la façade latérale.

Vers 1850, les modestes eaux de la Doua alimentent ainsi quatre sites, échelonnés sur les 250 premiers mètres de son cours, là où la pente est la plus forte (30 mètres de dénivellation). Sur le plan énergétique, ils sont autonomes au printemps, lors de la fonte des neiges, et, dans une moindre mesure, pendant les pluies d’automne. Le reste de l’année, on compense la faiblesse du débit du ruisseau en accumulant ses eaux dans des réservoirs. En 1809, selon le maire de Saint-Jean-de-Gonville, il faut jusqu’à 24 heures pour remplir le bassin du moulin de Crève-Cœur, aménagé en contrebas de l’actuelle route de Choudans. La réserve de travail est de 8 heures environ. Entre mai et fin septembre, si la sécheresse sévit, il faut alors porter à moudre les céréales à Logras (Annaz) ou à La Plaine (Rhône).

Le moulin à blé de Crève-Cœur est attesté au XIIIe siècle. En 1744, il est exploité par Pierre Claret. A la Révolution, ses descendants en deviennent les propriétaires. Depuis lors, il est resté aux mains de la même famille. L’eau est conduite du réservoir à la roue par une étroite canalisation en roche dont le dernier segment, porté par quatre colonnes, est aérien. D’un diamètre de 3 m environ, la roue en bois est implantée contre la façade latérale du bâtiment. Elle communique son mouvement par l’intermédiaire d’un renvoi d’angle à une « meule tournante » en serpentine du Jura, qui tourne sur une « meule dormante » en carreaux de silex de Brie, collés entre eux puis cerclés. Le rendement est médiocre, entre 50 et 150 kg par jour, d’une farine grossière formée d’un mélange de froment et de seigle. Une vingtaine de mètre en aval de l’établissement, on trouve un deuxième réservoir, de plus petite capacité. En fonction des besoins, l’eau alimente soit une roue couplée à une scie battante et à une batteuse à blé, toutes deux abritées dans un bâtiment reconstruit en 1849, soit deux roues d’un petit moulin à blé et d’un battoir, situés légèrement en contrebas. Par battoir on entend une pierre creuse en forme de conche, dans laquelle tourne une meule tronconique (les battoirs pour l’écorce de chêne comprennent, eux, en règle générale, des pilons), dont on se sert pour écraser les fruits (pommes), les oléagineux (noix) ou les plantes ligneuses (chanvre, lin).

La scierie de Crève-Cœur, avec la scie à battant
La turbine (au centre) et la transmission de la scierie

En 1923, les Claret décident de concentrer leurs efforts sur le seul sciage du bois. A cette fin, ils démontent les installations du moulin du haut, démolissent le bâtiment du moulin du bas et du battoir et comblent la petite retenue d’eau qui les alimente. Parallèlement, ils modernisent la motorisation de la scierie, remplaçant l’antique roue par une turbine de type Pelton. Cette dernière est alimentée par les eaux du bassin principal au moyen d’une conduite souterraine accusant une dénivellation de 20 m. Dans l’opération, la puissance est significativement accrue puisqu’elle passe de quelques chevaux à 18 CV grâce à un débit de 100 litres par seconde. Vers 1940, l’installation débite la quasi totalité des billes de la commune. L’activité commerciale se poursuit jusqu’au départ à la retraite de Paul Claret en 1994. Toujours en état de fonctionner, la scierie de Crève-Cœur tourne encore régulièrement.

Le vaste réservoir de l’ancienne Tannerie Philippe, visible à l’arrière plan
La vanne de chasse du réservoir de l’ancienne tannerie

En aval des installations Claret, à la hauteur de la route de Goisin, la Doua alimente également une tannerie, la Tannerie Philippe, dont les débuts remontent à 1760 environ. Historiquement, l’activité se pratique dans le petit bâtiment d’un seul niveau que l’on distingue du côté amont de la route. En 1844, l’exploitation est transférée de l’autre côté de cette dernière, dans un établissement conçu pour tirer parti de la force motrice du cours d’eau. Prise dans l’enveloppe du bâtiment de façon à la protéger du gel, la roue à augets est alimentée par un vaste réservoir en forme de rectangle allongé, aménagé une cinquantaine de mètres en contre haut. Au tournant du XXe siècle, Jules Philippe équipe la tannerie d’une machine à vapeur, repérable à sa cheminée de briques culminant à 22 m. En 1907, la roue est suppléée par une turbine Francis, logée dans une petite annexe construite au dessus du ruisseau. Le moteur est posé par les ateliers R. Bosshardt, à Genève, spécialisés dans la petite hydraulique. L’énergie est distribuée par un jeu d’arbres et de poulies aux différentes installations (battoir à écorces, marteau pilon, essoreuse, ventilateur).
Durant les années 1930, la tannerie occupe entre douze et quinze personnes. Par la suite, elle tire parti de la disparition progressive de ses concurrents pour maintenir son activité jusqu’en 1974. La réputation de l’établissement doit beaucoup à ses cuirs pour semelles de chaussures, durcis par l’eau calcaire de la Doua. Touchée par la foudre, la cheminée est démolie en 1983.

La roue à augets de l’ancienne tannerie

Bénédict FROMMEL
Inventaire des monuments d’art et d’histoire
DCTI - Office du patrimoine et des sites-
Genève

Pour en savoir plus :
- Bénédict Frommel, « Les moulins du bassin genevois, un réseau de deux cents établissements alimentés par vingt-deux cours d’eau », dans Patrimoine et architecture, n°17, mai 2009, Gollion, pp. 21 à 75.
- Alain Mélo, Saint-Jean-de-Gonville, Bellegarde, 1983.
- Anne-Marie Prodon, L’âme du village : les artisans d’autrefois racontent…, Gex, 1983, pp. 215 à 227.
- Roger Tardy, Le Pays de Gex : terre frontalière, Lyon, 1970.